Jean-Baptiste Louis Franquelin

L'un des plus remarquables cartographes de la Nouvelle-France

Etienne Franquelin est arrivé vers 1640 au château de Saint-Cyran-du-Jambot en qualité de Fermier général (régisseur). Son épouse est Sylvie Godesolle.  La propriété venait alors d’être rachetée par Hélie Dalige, lieutenant général de l’artillerie de France.

En 1650, Louis XIV ordonne l’érection de la terre de Saint-Cyran en châtellenie.

En 1646 (01-02), Etienne est enterré à Saint-Cyran. Son fils Guillaume et son épouse Catherine Vitas vont lui succéder à ce poste de régisseur. On les retrouve quelques années plus tard régisseur de l’Isle-Savary. Les Frontenac en sont déjà les propriétaires depuis presque 20 ans.

Le 16 mai 1650, Jean-Louis, fils de Guillaume Franquelin et de Catherine Vitas est baptisé à Saint-Michel de Villebernin, une paroisse proche de Palluau-sur-Indre et qui lui sera rattachée plus tard.

Le saiziesme mars mil six cent cinquante a été baptizé 

Jean Loys fils de Maistre Guillaume

Franquelin et de Chaterine Vitas ses père et mère

a esté parin Mre Jean Loys Chauveron

fils aisné de monsieur et marenne damoiselle

Charlotte Chauveron ausy fille de mondict sieur

Les quels ont cy après signé.

C’est avec le prénom de Jean-Baptiste Louis qu’il partit pour la Nouvelle-France, sans doute avec Frontenac pour y suivre des études au séminaire de Québec de 1673 à 1676. En 1686, il obtient le titre de géographe du roi et l’année suivante sa commission d’hydrographe du roi à Québec.

Il dessina de nombreuses cartes de la Nouvelle-France, pour la plupart conservées au Service Historique de la Marine au château de Vincennes (23 cartes réparties dans les recueils 66 et 67 ) et à la Bibliothèque Nationale de France François-Mitterrand, département des cartes et plans : la collection du Service hydrographique de la Marine regroupe 17 pièces (portefeuilles 126, 132, 133,135) . Les musées Canadiens en possèdent quelques unes. C’est à ce dessinateur de talent que l’on doit également les plans de la Batterie Royale dans la ville basse de Québec, ouvrage défensif en bordure du Saint-Laurent.

Sur sa carte de l'Amérique Septentrionale de 1688 (dont le cartouche inférieur droit est reproduit ci-dessous) il précise que les dessins sont dressés conformément aux observations qu'il a faites lui-même pendant 16 années, ce qui ferait remonter à 1672 son arrivée à Québec. Son nom apparaît pour la première fois en 1678 sur une "carte pour servir à l'éclaircissement du Papier Terrier de la Nouvelle-France".

Au recensement de 1681, Franquelin,  âgé de 30 ans est célibataire et demeure à la Basse Ville de Québec.

Le 4 février 1683, il épouse à Québec Elisabeth Aubert, veuve de Bertrand Chesné ; Elisabeth a 8 enfants de son premier mari et hérité de dettes importantes que Franquelin ne pourra jamais rembourser. Cette situation financière le préoccupera au point de gêner son activité de cartographe

Dans une lettre  qu 'il adresse au ministre Seignelay (4 novembre 1683), le gouverneur de la Barre parle ainsi de celui qui a dessiné la carte qu'il joint à son courrier : "Le garçon qui fait ces cartes est un nommé Franquelin, aussi habile de la main qu'il y en ait en France mais il est extrêmement pauvre et il aurait besoin d'un peu de secours de la part de sa Majesté comme un ingénieur. Il travaille à une carte très juste du pays que je vous enverrai l'année prochaine en son nom pendant que je le ferai subsister par quelques petits secours".

Le marquis de Denonville qui a succédé à de la Barre prend aussi conscience des qualités de Franquelin et aussi de ses difficultés financières ; le 23 novembre 1686, il écrit au ministre : "Il y a ici un homme très capable d'enseigner nommé Franquelin qui fait des cartes ici... Il serait très utile que vous eussiez la bonté de lui faire donner quelque subsistance. Il enseignerait à écrire, à dessiner, la navigation et l'arithmétique". En réponse, le ministre fit nommer Franquelin hydrographe du roi avec des appointements de quatre cents livres par an (au début de 1687, le temps que le courrier revienne à Québec...). Ses travaux de cartographie remonte cependant à 1675-1678.

A l'automne 1688, Franquelin passe en France et se voit confier le projet d'une grande carte du nord de l'Amérique ; en mai 1689, le roi ordonne au gouverneur Denonville et à l'Intendant Bochart de Champigny de donner à Franquelin qui retourne en Nouvelle-France tout le secours dont il pourrait avoir besoin. L'attaque de Phipps contre la colonie retarda les travaux du cartographe qui à l'automne 1692 repasse en France à la demande de Frontenac ; à l'été 1694, il est de retour à Québec et à l'automne de la même année il rentre en France pour ne plus en repartir. Louis Jolliet lui succédera comme hydrographe.

Vauban l'aurait employé comme dessinateur de 1694 à 1707;  à la mort de Jolliet en 1701, le roi le nomme à nouveau hydrographe à Québec (de 1701 à 1703 mais il ne rejoindra jamais son nouveau poste.

Du mariage de Franquelin avec Elisabeth Chesné sont nés à Québec : Marie-Jeanne(18-02-1686), Geneviève (20-07-1688), Marie-Anne (11-09-1690), Elisabeth (23-08-1691), Marie-Joseph (07-04-1693).

A l'automne 1693, Elisabeth Franquelin et 10 de ses 13 enfants dont Marie-Jeanne et Geneviève embarquent à bord du vaisseau Le Corossol pour rejoindre Jean-Baptiste Louis en France.

"Le navire du Roi le Carossol s'est perdu d'un mauvais temps sur les Sept-Isles, à 80 lieues de Québec ; il ne s'en est sauvé que quelques matelots, le premier pilote et l'écrivain qui ont hiverné sur les lieux. Nous y avions envoyé le printemps une barque et un brigantin commandés par le sieur de Beaubassin... 

Il nous a rapporté ce qu'il a pu retirer des débris de ce vaisseau qui est assez considérable, comme vous le verrez par le mémoire que le sieur de Champigny vous en envoie avec sa lettre particulière et l'enquête qu'il a faite au sujet de ce naufrage... " (lettre du gouverneur et de l'intendant au roi - 5 novembre 1694)

Marie-Anne s'est mariée à Québec le 13-10-1730 avec Jacques Quesnel de Fonblanche. Elisabeth a épousé à Québec Joseph Lemieux le 24-10-1712. Franquelin est déclaré vivant dans l'acte de mariage de 1712 et décédé dans celui de 1730.

On ne connaît ni l'endroit ni la date de la mort du célèbre cartographe.

 

Le 12 mars 1969, M Hamelin, attaché culturel auprès de la Délégation Générale du Québec à Paris et Monsieur Sauvage, secrétaire général de l’Indre dévoilèrent une plaque de marbre à l’entrée de l’ancienne mairie de Palluau-sur-Indre aujourd’hui bâtiment de l’Office du Tourisme. Sur cette plaque, on peut lire :

Le Gouvernement du Québec à la mémoire de J.-B.-Louis Franquelin né à Villebernin en 1650, cartographe et ingénieur en Nouvelle-France (1673-1700)

Le 18 juin 2000, à l’occasion du 350ème anniversaire de la naissance de Franquelin, une stèle a été déposée à l’entrée du château de Saint-Cyran à la mémoire de la famille Franquelin :

Etienne

FRANQUELIN

Régisseur de la Seigneurie de

Saint-Cyran – décédé en 1646

Ep. Sylvine GODESSOLE

 

Guillaume

FRANQUELIN

Régisseur de la Seigneurie de

L’Isle-Savary (1656)

Ep. Catherine VITAS

 

Jean-B. Louis

FRANQUELIN

Né en 1650 à Villebernin

Cartographe et Hydrographe

en Nouvelle-France

Retour